présentation du colloque

 

Dans le cadre de son partenariat stratégique avec la Fondation Union Européenne – Amérique latine et Caraïbes (EU-LAC), l’Institut des Amériques (IdA) organise chaque année à l’occasion de la Semaine de l’Amérique latine et des Caraïbes en France, avec l’appui du Ministère des Affaires étrangères et du Développement international, un colloque permettant de valoriser et de renforcer la relation bi-régionale. Le colloque 2016 est organisé conjointement avec CERALE - Centre d’Etudes et de Recherche Amérique latine Europe de ESCP Europe, institution membre de l’IdA.

Il constituera un événement à forte visibilité, réunissant chercheurs, responsables publics et représentants d’organisations internationales et du secteur privé, afin d’échanger leurs expériences en Europe et Amérique latine et Caraïbe en matière de management interculturel et durable.

Le colloque IdA-EULAC-CERALE 2016 se propose, d’une part, de revisiter les théories managériales existantes et de débattre de leur portée et de leur pertinence dans l’espace euro-latino-américain et caribéen ; d’autre part, de partager de nouvelles postures épistémologiques et de nouvelles pratiques managériales développées des deux côtés de l’Atlantique dans le but de répondre aux défis des entreprises présentes sur plus d’un espace géographique, tiraillées entre la nécessité d’harmoniser leurs pratiques et celle de traiter les singularités des marchés dans lesquels elles opèrent à travers le monde.

S’il est une région du monde avec laquelle l’Europe partage des éléments culturels et un système de valeurs c’est bien les Amériques, l’anglo-saxonne et la latine. Ces deux Amériques ont tendance à s’entremêler depuis que, au cours du XXe siècle, le « modèle étasunien » s’est affirmé en Occident tant dans le monde académique que dans la pratique des affaires.  Or, les basculements géopolitiques à l’œuvre depuis ce début de millénaire et la montée en force des économies « émergentes »,  avec des problématiques économiques et sociales spécifiques, remettent en question ledit modèle et rendent pertinente la question suivante : assisterait-on à l’érosion d’une pensée managériale monolithique, taillée dans le modèle capitaliste anglo-saxon, et à l’émergence, en Amérique mais aussi en Europe,  de pensées managériales alternatives?

 

Le colloque IdA-EULAC-CERALE 2016 se propose d’y répondre en rassemblant des chercheurs en management des deux côtés de l’Atlantique autour non pas de disciplines mais de problématiques managériales et en promouvant l’interaction entre elles. 

 

Pour ce faire, il s’appuie sur le concept d’aire culturelle tant la prise en compte de l’environnement social et culturel s’avère indispensable pour que la synthèse entre pensée et pratiques globales d’une part, et conditionnements et contraintes locales, d’autre part, soit réussie. Diverses initiatives académiques témoignent de la pertinence de ce concept : l’International Conference on Mediterranean Studies a déjà connu sept réunions académiques ; l’Institut des Amériques a consacré son XIIe colloque international (2014) à la question des aires culturelles et des groupements d’intérêt scientifique dans les aires culturelles (Asie, Afrique, Monde Musulman) ont vu le jour en France.  Dans notre domaine scientifique, les Premières Assises du Management des Pays d’expression  latine, co-organisées par la FNEGE à Lisbonne en 2012, constituent un autre exemple.

 

Le thème du colloque IdA-EULAC-CERALE 2016 est « Management interculturel et affinités électives Europe - Amérique latine et Caraïbe, pour contribuer à un développement durable ». Renvoyant au roman homonyme de Goethe, les « affinités électives » évoquent les forces d’attraction qui rapprochent les individus en les affranchissant des règles et des préjugés existants. Dans les relations professionnelles, dans l’univers du management international, les affinités électives s’exercent aussi : les collaborations ne se décrètent pas et les équipes qui fonctionnent échappent à la seule rationalité de l’organisation du monde environnant et nous montrent que l’entreprise est avant tout une histoire d’individus et d’affinités interpersonnelles.

 

Par ailleurs, tant en Europe qu’en Amérique latine et Caraïbe, les entreprises doivent faire face au défi, incontournable celui-là, de penser leurs activités de façon durable, en respectant l’équilibre de l’environnement et en contribuant au développement social des populations concernées. Et ce d’autant plus que les pays de l’Union européenne et de la Communauté d'États latino-américains et caribéens (CELAC) ont fait de l’investissement responsable un axe stratégique de leur relation.

 

Affinités électives et développement durable sont, par conséquent, les thématiques transversales du colloque ; elles constituent le fil conducteur qui sous-tendra l’ensemble des groupes de travail et l’interaction au sein des tables rondes et des sessions plénières.